Pas de Gers-Armagnac en 2008

Écrit par michel capin, le 15.09.2007

L' annonce a été faite officiellement à la FFSA, le rallye TT 2008 n'aura pas lieu. La date est cependant conservée pour 2009.

Deux raisons majeures :

La première vient de la disponibilité des épreuves spéciales trop sollicitées:

 - l'ES FOYER est utilisée depuis 20 ans, le terrain aurait besoin de se reposer car malgré les remises en état nous en sommes arrivés aux racines.

- l'ES PERQUIE procure des nuisances à plusieurs riverains et propriétaires tout en incluant les problèmes de Politique Agricole Commune.

- l'ES MIDOUR sera amputée l'an prochain de 2 km suite à réfection de chemin en dur.

 - l'ES PANJAS est perdue suite à refus de passage par association de propriétaires pour cause de dégradation à répétition.

 - l'ES ARQUIZAN est soumise aux aléas de terres en paturage.

En ce qui concerne le terrain abîmé, nous l’attribuons  au nombre important de voitures très puissantes, aux gommes nouvelles particulièrement agressives et aux liaisons au sol particulièrement performantes. Les vitesses atteintes deviennent impressionnantes, c'est fabuleux pour le spectacle, mais quand est-il pour le terrain, la sécurité des pilotes et des spectateurs?

Que faire???

La terre étant projetée à plusieurs mètres dans les appuis, la lame agricole qui était suffisante jusqu'à ces dernières années est maintenant obsolète. Il faut louer à grands frais des pelles mécaniques qui vont rechercher la terre au plus loin.

Souvenons-nous que dans les années 80/90 on courait en pneus M+S pour justement préserver le terrain. Certaines disciplines de la terre ont solutionné le problème par adjudication d’un seul type de pneumatique.

Pour les puissances des véhicules, inutile de jouer sur les cylindrées, on nous annonce des moteurs de 2litres à plus de 300CV, donc notre  proposition est de revoir le profil des pneus, ça glissera, ça ira moins vite, on protégera le terrain et il y aura d’avantage de pilotage. L'exception sera de mise bien sûr pour les rallyes de montagne, les pneus agressifs y sont nécessaires mais les pierres et les rochers sont solides et ne se dégradent pas.

La deuxième raison vient de l'indiscipline chronique de certains, que l'on constate depuis l'avènement des quads et la libéralisation des reconnaissances, c'est-à-dire deux ou trois ans. Nous constatons en effet que certains viennent plus pour s'éclater sur les pistes que pour reconnaître les spéciales. Les horaires de reconnaissance décrits dans le règlement n'ont pas été respectés (des gens ont roulé entre midi et 14h et  le soir tard), le vendredi matin normalement consacré au convoi, a été pour les quads et motos une journée supplémentaire d'amusement sur les pistes. Le vendredi après-midi consacré aux vérifs, même chose, beaucoup de monde motorisé sur les spéciales.

Le week-end du rallye, ce fut l'invasion. Le samedi des quads sur les épreuves du dimanche et vice versa, des quads sur les pistes en dehors des heures autorisées par l'arrêté préfectoral. Des panneautages détruits à refaire au dernier moment par l'organisateur, des plaintes de riverains pour passages sur propriété privée, des tuyaux d'irrigation écrasés, des refus d'obtempérer envers les commissaires, bref de l'irrespect total et une bien mauvaise récompense pour des organisateurs qui avaient tenu à offrir une belle et coûteuse fête du vingtième anniversaire.

Nous avons prévenu lors de la remise des prix, que les pilotes devaient se prendre en charge s'ils souhaitaient que les rallyes TT perdurent. Ils se doivent pour cela de respecter les organisateurs qui ont œuvré plusieurs mois pour leur présenter une épreuve digne, ils doivent surtout maîtriser et discipliner leur environnement.

 Nous avons constaté cette année encore que la plupart des concurrents arrivent sur place seulement le vendredi. Equité sportive oblige, nous proposons la supression des reconnaissances et la limitons au convoi 4x4 du vendredi. Dans tous les cas, les reconnaissances doivent à notre avis être définies par le réglement particulier propre à chaque organisation et non pas légiférées par la réglementation générale FFSA.

Avantage de cette solution en plus de l'équité sportive, les principaux pièges de l'épreuve sont appéhendés mais les spéciales n'étant pas reconnues à fond, les concurrents devront s'imposer une certaine réserve lors du premier passage et le terrain en sera de fait un peu plus préservé.

En conclusion, nous espérons de la FFSA une évolution de la réglementation, nous espérons de notre côté  dénicher de nouveaux terrains pour nous recevoir et ce ne sera pas le plus simple..

 


Retour à l'accueil